Dimanche matin. Réveillée par le mode silencieux de mon téléphone -qui n’a de silencieux que le nom- je jette un rapide coup d’œil sur l’écran. C’est M.

La situation est analysée en une poignée de secondes :

– On est dimanche ;

– J’ai encore sommeil ;

– Nous sommes en juillet. M. vient de partir en Italie pour trois semaines donc, techniquement, si je décroche, mon opérateur de téléphonie mobile s’en frottera les mains.

Je laisse sonner mon précieux dans le vide. Je lui enverrai un WhatsApp plus tard. Trois tentatives d’appels rapprochées plus tard -mais c’est qu’elle est décidée ce matin, la bougre- je me résigne, encore dans le brouillard, à pianoter quelques mots.

M. et moi avons développé une sorte de capacité à anticiper les questions de l’autre. Parfois même à lire dans nos pensées respectives. C’est assez surprenant. Sûre de moi, je l’informe simplement que l’article du jour, sera bien publié dans la journée sur le blog. Sa réponse ne se fait pas attendre : « Mais décroooche ! J’ai un truc à te dire… ».

Bon, j’en profite pour le dire ici, les points de suspension me font flipper. J’adore en faire, mais je déteste en recevoir. On ne sait jamais s’ils sont porteurs de bonnes ou de mauvaises nouvelles.

 Je la rappelle.

****

Alors voilà. Cela fera bientôt une saison que l’on a posé notre pied virtuel dans la blogosphère mariage. Une saison c’est très court et long à la fois. Tout dépend du point de vue où l’on se positionne. On y prend nos marques chaque jour un peu plus, et on est fières de faire et de voir évoluer tranquillement notre baby-blog, comme on se plaît à le surnommer. Et puisque l’on parle de positionnement, je vous renvoie au titre de cet article laissant assurément peu de place au mystère.

L’année prochaine, en cette même période, le soleil sera peut-être moins tourmenté. Mais surtout, M. sera passée de l’autre côté du rideau. Ca fait bizarre quand on a encore fraîchement en mémoire les balbutiements de leur histoire sur les bancs de l’amphi Delbarre. C’était il y a…longtemps! Cette année-là, la France rejetait par référendum le traité de Constitution Européenne, la comédie musicale Le Roi Soleil affichait complet au Palais des Sports, les banlieues s’enflammaient en Ile-de-France, le film l’Enfant des frères Jean-Pierre et Luc Dardenne recevait la Palme d’or au Festival de Cannes et Madonna enfiévrait les dancefloors avec son tube Hung Up.

Pour le blog, rien ne va changer, si ce n’est que forcément, M. n’aura pas d’autre choix que de partager avec nous quelques instants de ses préparatifs. Ne vous inquiétez pas, j’y veillerai personnellement.

Voilà, M. jouait les timides et ne savait pas trop comment vous annoncer la nouvelle, et pourtant il était évident qu’elle souhaitait partager ce bonheur avec vous. En bonne et brave amie que je suis, j’ai donc accepté avec joie de prendre ma plume, enfin mon clavier, et de vous révéler une des belles surprises de cet été. J’ai hâte d’être à l’année prochaine.