Avez-vous aussi remarqué que les gens avaient tendance à employer les mots « voyage de noces » et « lune de miel » sans distinction ? C’est donc au détour d’une discussion estivale sur les meilleurs rooftop de l’été (ne cherchez pas de lien de cause à effet, il n’y en a aucun !) que la conversation a fini par riper sur les origines de cette expression n’ayant, pour ainsi dire, aucun rapport évident avec les voyages ou le mariage.

Comme nous, à l’évocation de la fameuse « lune de miel », vous imaginiez aussitôt une destination paradisiaque, une plage de sable fin, une maison de rêve sur pilotis, des piña colada à profusion et…bref –les clichés ont la dent dure chez DLBM-

Mais ça, c’était avant. Avant que nous découvrions que l’origine même de cette expression provenait d’une coutume et légende vieille de…4000 ans !

Le cycle des 29 jours

Le concept de « lune de miel » fait en réalité écho à la période suivant immédiatement le mariage, soit un mois lunaire de 29 jours.

En Mésopotamie, la tradition voulait que le père de la mariée offre à son gendre une boisson, le mead, très riche en miel, que ce dernier devait consommer quotidiennement durant le fameux mois suivant les noces. Le miel étant réputé pour posséder des vertus aphrodisiaques et tonifiantes, il devait favoriser la fécondité et porter bonheur aux jeunes mariés.

Par pudeur et dans le but de rompre la routine, cette phase de 29 jours se passait bien souvent hors du village, permettant au couple de se retrouver. Socialement, c’était surtout, qu’on se le dise, l’occasion pour l’homme de prouver sa valeur et sa virilité en ayant « fertilisé la relation » à l’issue de cette escapade nuptiale.

C’est justement de là qu’est née la tradition du voyage pendant ce mois lunaire correspondant également à la durée moyenne d’un cycle menstruel féminin.

De 1870 à nos jours

A partir des années 1870, on assiste en Occident à cette nouvelle mode des voyages de noces, marquant symboliquement la séparation entre les mariés et leurs familles. Au départ, seuls les couples plutôt aisés s’octroyaient ce plaisir d’évasion vers des contrées lointaines et souvent onéreuses. Mais au fil du temps, cette tendance a fini par se démocratiser, jusqu’à devenir un incontournable des traditions du mariage dans toutes les couches sociales.

L’amalgame que l’on fait aujourd’hui découle d’ailleurs directement de cette période puisque le voyage de noces a généralement lieu pendant la lune de miel.

Pour la petite histoire, au cours de nos recherches, nous sommes tombées sur une citation d’Ali Khoudia Diaw, sociologue sénégalais, résumant malicieusement cette solution trouvée pour faire face au clivage générationnel des croyances ou convictions de certaines sociétés : «  […] La lune de miel est un deal entre adultes qui empêche aux familles de se questionner sur la virginité de la femme »…