Quand la mariée sait avant même la demande ce qu’elle veut pour son mariage, qu’elle recommande d’être chiante et de ne rien lâcher, cela donne forcément un mariage de caractère. Et c’est le cas du joli jour de C&T photographié par la talentueuse Céline Zed.

Beaucoup de choses ont été réalisées par les mariés et chaque invité avait un rôle à jouer. Ce qui a rendu cette journée encore plus unique. 

 TOUT A COMMENCÉ 

Nous nous sommes rencontrés au lycée, en seconde. Nous étions dans la même classe (pendant quelques semaines seulement). La première fois que nous nous sommes adressé la parole, c’était en SVT et cela ressemblait à ça :

« C. : Hey psiiit. C’est vrai que tu veux sortir avec Candice ?

T. : Qu’est-ce que ça peut te faire ?

C. : C*****D« 

C’est à la fin de cette première année de lycée que nous avons eu une très brève histoire (bon, en vrai je l’ai quitté comme une vieille chaussette, sur MSN). Nous nous sommes retrouvés 2 ans et demi plus tard. Des débuts tumultueux (tout pareil… mais par SMS cette fois…), puis nous ne nous sommes plus jamais quittés.

 J’AI SU QUE C’ÉTAIT LUI QUAND 

Je sais que c’est lui parce que quand il est là, c’est comme s’il ne pouvait rien m’arriver de mal.

 LA DEMANDE 

Le 2 février 2017. Nous sommes en vacances au ski avec tous les copains. T. ne skie pas beaucoup. Ce jour-là, il reste au chalet. Nous partons tous sur les pistes et nous arrêtons pour boire un coup dans un bar en bord de piste. Il nous fait la surprise de nous rejoindre. Nous allons nous installer tous ensemble un peu plus loin pour pique-niquer. Au moment de repartir, il me propose d’aller faire quelques photos tous les deux. Au départ, je ne suis pas trop partante, car les copains sont déjà rechaussés, et ils vont râler s’ils doivent nous attendre. Mais quand même, pour une fois que T. veut faire des photos… Aller zou ! On s’installe, on fait exactement 2 selfies et puis il me dit : « Bon je sais que je suis parfois casse pieds mais faut que je te dise quelque chose (10 000 tours dans ma tête ! BON SANG QU’EST-CE QU’IL A FAIT COMME BÊTISES CE NIGOT ?), mais est-ce que tu veux bien te marier avec moi ? ».

Je lui ai répondu « oui » et tout de suite après je lui ai dit « On pourra aller acheter une bague en rentrant ? »

Et après j’ai été me la péter devant les copines ! J’ai eu le droit au Tintintintiiiiiiin Tintintintiiiiiiiiiin jusqu’au retour au chalet.

Anecdotes : T. avait cherché une boutique de bijoux…mais rien aux alentours de la station. Et au départ, il avait prévu de faire sa demande tout en haut des pistes, face au Mont Blanc, mais il n’a pas eu la force de monter jusqu’en haut (en gros, il a des problèmes de genoux, il ne peut donc pas skier et utilise un snowscoot, particulièrement physique et fatiguant pour le haut du corps). Certains copains étaient au courant.

J’étais surprise, mais pas tellement car la veille, il chuchotait avec Justin. J’ai râler en disant : « Si c’est pour faire des messes basses, aller ailleurs, c’est pas poli ! ». Et Justin m’a répondu « Tssss, tu le sauras bien assez tôt va ».

 LE CHOIX DE LA ROBE 

La robe a été vraiment quelque chose de difficile pour moi. Je regardais énormément sur Instagram, mais je n’ai jamais trouvé LA robe de mes rêves. Un élément par ci, un élément par là… c’était compliqué. J’ai fait un premier essayage avec ma mère et mes témoins pour dégrossir le terrain. Ensuite, j’ai pris contact avec une couturière (qui travaille beaucoup pour un ami). J’ai choisi le tissu, la dentelle. Je lui ai expliqué ce que j’aimais ou non. Puis la robe s’est faite au fur et à mesure. Je ne dirai pas que ce fut la robe de mes rêves (je suis bien trop compliquée pour ça), mais en tout cas, elle m’allait à la perfection (enfin je crois).

J’ai eu besoin de l’avis de beaucoup de monde (amie, maman, sœurs et belles sœurs). Je doutais tellement que j’ai demandé à mon frère et à un ami de T. de venir aussi. J’avais besoin d’un avis masculin, pour être sûre de plaire à mon futur ! Ah…. Le manque de confiance en soi…..

Ah oui et j’ai aussi demandé un modèle où la jupe longue se transformais en jupe courte. Après l’ouverture de bal, je n’avais qu’à tirer sur le jupon pour laisser apparaitre le jupon court ! Bon… ça a raté puisque lors des dernières retouches, la couturière a cousu le jupon long au haut de la robe… C’est un peu mon mauvais souvenir de cette si belle journée.

 LES BASKETS DE LA MARIÉE 

J’ai rapidement trouvé mes chaussures de mariée. Ouverte, pas trop de talon, talon épais. J’ai trouvé mon bonheur chez Minelli, un modèle hors collection mariage. Je voulais être belle, mais confortable. Je savais que j’allais passer la journée sur l’herbe et les graviers… Bon, je n’ai pas échappé aux cloques… mais c’est de ma faute je ne les ai pas portés avant !

Et puis je suis partie sur une paire de converses classiques blanches basses, pour danser jusqu’au bout de la nuit. Je les ai sortis très très tard. J’ai pris ce modèle car je suis adepte des modèles classiques, toute marque confondue.

 LE PÊLE-MÊLE DES PRÉPARATIFS 

Nous parlions mariage depuis des années avec T.. Autant vous dire que mon mariage était presque entièrement pensé du coup.

Quelques semaines après la demande, je réservais déjà la photographe. Je la suivais depuis plusieurs années sur les réseaux, et il était clair depuis longtemps que ce serait elle et pas une autre ! Peu importe le prix. C’est vraiment la meilleure je vous le garantie !

Un an à l’avance, nous avons fait le choix du lieu, car nous voulions penser notre mariage par rapport au lieu. Nous voulions un mariage à la campagne, en plein air ! Ce fut une réussite. Nous voulions aussi un lieu où les gens ne seraient pas confinés au même endroit. Notre mot d’ordre : chacun doit pouvoir faire ce qu’il veut.

Nous avons vraiment pensé notre mariage autour de nos invités. Évidemment, nous voulions un mariage simple, qui nous ressemble. Mais je crois que la priorité n°1 : que chacun passe une magnifique journée.

T. n’a pas été très investi dans les préparatifs. Mais en même temps j’étais super chiante. Puisque je savais exactement ce que je voulais, alors c’était aussi difficile pour lui de trouver sa place. En revanche, la semaine qui a précédé le mariage, lorsqu’il a fallu commencer à tout mettre en place, ce fût un vrai chef !!!

Je n’ai fait appel à personne, j’ai tout pensé moi-même. Décoration faite à la main (Ma maman m’a beaucoup aidé pour ça), très peu de location. J’ai notamment acheté mes nappes et ma vaisselle, mes guirlandes guinguettes.

C’est un coup, oui. J’ai fouillé les sites internet, j’ai acheté énormément chez emmaus, j’ai sauté sur chaque bon plan. Et puis aujourd’hui, je suis fière de ressortir tout mon attirail pour les différents repas organisés à la maison.

Pour les prestataires, je m’y suis prise à l’avance. Puis j’ai pensé tout le mariage dans les moindres détails (ou presque), et fait la presque totalité des achats. Étant institutrice, j’ai eu ensuite tout le mois de juillet pour créer et appliquer tout ce qu’il y avait dans ma petite tête. Cela m’a permis aussi de préparer (je veux dire cuisiner) tout le vin d’honneur et l’apéritif.

PS : ce fut énormément énormément de boulot, jusqu’à la veille du mariage. J’avoue que si j’avais eu les moyens, j’aurais sûrement fait appel à quelqu’un pour m’épauler (mais certainement pas pour penser à ma place !!). Le jour J, toutes les copines avait au moins une mission (décoration, service…).

 LA MUSIQUE QUE VOUS N’OUBLIEREZ PAS 

Djaja – Aya Nakamura

Je m’explique. Avec un ami (Benjamin), cette musique nous faisait mourir de rire et on adorait danser dessus. Bref, c’était NOTRE musique. Il avait obligation de danser avec moi lorsqu’elle passerait.

La voilà qui démarre, Benjamin introuvable. Ce nigot était en train de gonfler son matelas. Il m’a raconté après qu’il était dégouté, parce qu’il a entendu, mais qu’il ne pouvait pas abandonner son matelas. Bref, j’ai adoré faire la fausse fâchée, et je le taquine à chaque fois qu’on l’entend (« Tssssss, tu as gâché mon mariage). Du coup ça me fait sourire à chaque fois que je l’entends. Bon, par contre elle m’hérisse pas les poils hein ;).

 UN MOMENT MARQUANT 

L’entrée des mariés. C’est un moment que l’on redoutait, car on n’aime pas trop avoir tous les regards sur nous, se donner en spectacle (un comble non ?). Nous n’avions même pas réussi à choisir une musique. Nous avons laissé carte blanche au DJ qui a mis une ambiance de folie. Et puis quand on arrive et qu’on voit tous ses invités… on se rend compte que tout le monde est venu pour toi. J’ai eu l’impression de me prendre une vague de bonheur en pleine tronche ! Trop d’émotions !

 UNE IDÉE À VOUS PIQUER 

Next les dragées !! Il y a tellement d’autres choses (à faire soi-même ou à acheter). Pour ma part, les confitures sont l’une des choses qui a le plus marqué nos invités. Il m’en réclame encore et encore (oui, j’avais prévu laaaarge).

 UN CONSEILS POUR LES NOUVELLES FIANCÉES 

Vous n’êtes pas qu’une fiancée.. ne l’oubliez pas ! Vous êtes aussi une femme, une maman, une amie et tout plein d’autres choses. Autorisez-vous autre chose que de la préparation. Et envoyer paître ces gens qui ne vous parlent plus que de mariage mariage et encore mariage. Je vous jure qu’ils sont supers chiants, et qu’ils méritent de le savoir (c’est bon je me calme).

Côté robe, coiffure, maquillage : SOYEZ CHIANTE, NE LACHER RIEN BON SANG DE BONSOIR. C’est votre jour, votre unique jour. Pour ma part, j’ai fait 3 essais coiffure/maquillage au lieu d’1. Pour la robe, c’est également vous la patronne ! S’il faut refaire, réessayer etc… n’hésitez pas. Je le redis : Soyez chiante !

 


Lieu : Ferme de la Longue ; Robe et costume : Maria Couture (Château-Thierry 02400) ; Maquillage et coiffure : Estelle Legrand ; Bijoux : Lou Yetu ; Chaussures de la mariée : Minelli, Converses ; Chaussures du marié : Marvin & co ; Traiteur : BBQ Traiteur ; Photographe : Céline Zed ; Fleurs : Abutilon (Château-Thierry 02400) ; DJ : ADJ Privates