Chaque année, c’est le branle-bas de combat, on déménage réfléchit à la disposition des meubles de notre salon pour installer le non moins imposant sapin de Noël.

Certains diront qu’on a passé l’âge (d’autres tenteront de nous rassurer « Mais non, pas du tout, voyons ! »), mais s’il est une tradition que l’on chérit plus que tout chez DLBM, c’est bien la déco du sapin de Noël ! Du genre à se creuser les méninges début novembre pour afficher avec fierté une déco originale, qui change de l’année dernière (alors, que finalement, qui s’en souvient vraiment de notre déco de l’année dernière ? On se le demande.) et à clavioter sur internet à l’affût de nouvelles idées.

Bon, mais dans tout ça, ils vous l’ont expliqué à vous, vos parents pourquoi un arbuste de 1,50m, à l’odeur certes agréable, s’imposait chez vous pendant un mois ?

Eh bien, pour vous servir, nous nous sommes quelque peu penchées sur la question, histoire de réveiller votre rubrique « Le saviez-vous ? ».

Des origines moyen-agesques

Au Moyen-Age, il était de coutume d’organiser Les Mystères, petites saynètes jouées par les fidèles, que ces derniers présentaient à l’approche de la nouvelle année. Parmi elles, on retrouvait l’histoire d’Adam et Eve, communément appelée « La scène du Paradis ».

L’arbre du Paradis était souvent symbolisé par un sapin car il était évidement un peu compliqué de trouver un pommier frais et dispo en plein mois de décembre.

On attachait des pommes rouges aux branches du sapin (plus dispo en hiver), symbolisant le péché. Cet arbre du Paradis symbolisait lui, la croix du Christ. Ne perdant jamais ses feuilles, il était aussi signe d’immortalité.

Apparition en France

C’est en 1521 que le sapin de Noël a été mentionné pour la première fois en Alsace. Plus tard, on accrocha une étoile au sommet de l’arbre, pour rappeler l’étoile de Bethléem qui guida les Rois mages vers l’étable où est né le Christ. Petit à petit, notre arbre de Noël conquit les grandes villes et occupa une place de choix dans les églises.

C’est au XIXe siècle que le sapin de Noël prend son essor

C’est en 1738 que Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, roi de France, aurait installé pour la première fois un sapin de noël dans le château de Versailles.

Hélène de Mecklembourg-Schwerin, la femme de Ferdinand d’Orléans, d’origine allemande, en fit ensuite élever un devant les Tuileries à Paris.

Cette coutume de l’arbre de Noël arriva en Grande Bretagne dans les années 1840. La reine Victoria, alors toute jeune, et son époux le roi Albert le firent apprécier dans tout le pays. Avec ses lumières brillantes, ils réussirent à mettre le sapin de Noël au centre de la fête familiale au château de Windsor. Par ailleurs, il fit plus tard son apparition aux Etats Unis à la Maison Blanche.

Les familles émigrées d’Alsace-Lorraine firent largement connaître la tradition du sapin aux français. Et à la fin du XIXe siècle tout le pays l’adopta.

Comment les pommes sont-elles devenues les boules de Noël ?

L’hiver 1858 fut si rigoureux que les récoltes de pommes en furent affectées. Il fallut donc trouver une alternative pour décorer les sapins. C’est un artisan verrier de Meisenthal, en Moselle, qui eut alors l’idée de fabriquer des pommes en verre pour donner quand même un peu de joie à la fête. La boule de Noël était née.

Les premières guirlandes électriques sont apparues en 1880 aux Etats-Unis. Mais à l’époque elles n’étaient pas aussi répandues que maintenant, le prix d’une guirlande d’ampoules représentant un salaire hebdomadaire moyen (tout de même !).

Aujourd’hui, le sapin étant devenu un objet de grande consommation pour le mois de décembre, des plantations uniquement destinées à fournir la demande sont réalisées afin de limiter les coupes dans les bois.

Desktop19

Voilà pour la petite histoire dont vous pourrez vous enorgueillir pendant vos dîners de Noël !

 

 


Crédits photos : Côté Maison ; Frenchbydesign