On peut dire que cette année, l’été nous aura bien nargué. Pire, il a fiché le camp sans même nous faire grâce de ses doux rayons habituels de la rentrée. Le bougre. Qu’à cela ne tienne, si…