On vous fait replonger dans des paysages un peu hivernaux avec cette jolie love session. Mais nos amoureux et leur photographe Pauline Maroussia sont là pour réchauffer l’ambiance et mettre un peu de couleurs dans tout ça.

Surtout quand la complicité entre le couple et le photographe est aussi palpable. « Gaëlle est wedding planeur en Dordogne, et nous travaillons main dans la main depuis quelques temps déjà. Une relation professionnelle qui s’est vite transformée en relation amicale. Nos retrouvailles sur les différents mariages sont la plupart du temps synonymes de grands fous-rires. Lorsqu’elle m’a annoncé qu’elle voulait passer devant mon objectif pour immortaliser la complicité qui l’unit à son amoureux, j’ai entamé une petite danse de la joie ! En tant qu’organisatrice de mariages, G. a tout géré : l’ambiance rock, elle s’est fait elle-même cette incroyable couronne de fleur, a choisi le lieu. En pleine forêt, cette chapelle. Mystique. J’ai shooté pendant une heure, eux, dansant entre les fumigènes, totalement dans leur bulle, coupés du monde.
Merci G. pour ta confiance, la route, ensemble sera belle & prometteuse. Merci R. de la rendre si heureuse.« 

 LA RENCONTRE 

G : Lors d’une réunion de travail ! Un temps de concertation entre des acteurs locaux du social et de la jeunesse. Je le vois entrer dans la pièce, et tout de suite, je le trouve CA-NON. Rien ne se passe. Quelques mois plus tard, après la création d’un nouveau poste dans l’association où je travaillais, ma supérieure m’annonce le nom de la personne engagée… c’était lui ! Mais j’étais alors en couple depuis un bon bout de temps, et de ne me laisse pas distraire, à vrai dire, j’évite même tout contact, trop dangereux comme tentation ! Lui ne me cherche pas non plus, et j’ai d’ailleurs toujours été persuadée que je ne lui plaisais pas du tout. Nous travaillons deux ans dos à dos, dans un bureau partagé. Puis, quelques mois avant la fin de mon contrat, je quitte mon précédent compagnon. Je suis célibataire, et bien déterminée à ce que Rémi soit au courant ! Lors de mon dernier jour de travail, et quelques minutes avant la fin, il me propose d’aller boire un verre, j’accepte, sans trop comprendre ses intentions. Nous allons au premier bar du coin (on est loin du romantisme, je vous l’accorde), et je découvre alors mon « collègue », que je ne connaissais finalement pas. Nous nous trouvons d’ailleurs un grand point commun : nos chiens ! « On pourrait les faire se rencontrer si tu veux ! », m’a-t-il dit, et j’ai pensé « Oh ouais graaaaaaaaave putain youhouuuuu », mais j’ai dû dire « oui, ce serait cool ! ».

R : C’est assez troublant de se dire que l’on passe à côté de quelqu’un pendant si longtemps. Deux ans de travail, dans le même bureau, dos-à-dos avec pour seuls échanges des histoires de base de données et de mails communs. Pour ceux qui ne croient pas au destin, prière de continuer à ne pas y croire. Finalement on l’a un peu provoqué ce destin. Un verre au PMU du coin le dernier jour de notre collaboration professionnelle, histoire d’être sur de ne rien rater, et puis un mois après, on se se quittera plus. C’est clair que l’on fait plus glamour, mais rien n’empêche l’électrisante rencontre de l’autre.

 LE PREMIER BAISER 

G : Après quelques échanges de messages, arrive enfin la rencontre des chiens (magnifique prétexte, vous remarquerez), je vais chez lui. Nous passons la soirée à discuter et rire, puis, il décide que c’est le moment de regarder un film ensemble. Sauf que… la configuration de la maison et de l’écran du vidéoprojecteur a fait que nous nous sommes retrouvés très…proche. Les choses se sont ensuite faites naturellement, un premier baiser échangé sur le canapé (où j’ai enfin compris que j’avais mes chances !), et un dernier sous la pluie, (là c’est romantique)) à 4h00 du matin, avant mon retour chez moi.

R : Je crois que j’ai du faire une tentative de la plus haute nullité. Le truc que l’on conseille de ne jamais faire le premier soir sur le forum de Doctissimo en fin de compte : se lancer de suite ! Un essai plutôt bien réceptionné !

 ET ENSUITE 

G : Ensuite, nous nous sommes vu, revu, et re-revu. Il n’a pas fallu longtemps avant que je dorme chez lui de plus en plus fréquemment, et petit à petit (en un mois !), je ne rentrais plus chez moi. Je garde à l’époque tout de même mon appartement, au cas où les choses se gâtent. Je commence à prendre mes marques, et lui aussi. Je crois que nous avons finalement vite trouvé un équilibre ensemble. 6 mois après le premier baiser, je rends mon appartement, et viens officiellement habiter chez lui. Aujourd’hui, cela fait plus de neuf mois que nous sommes ensemble, et partageons notre quotidien, entourés de nos chiens, d’un lapin, et de nos poissons rouges et à vrai dire, je l’aime chaque jour un peu plus.

R : La vie, la vraie,… Celle où tu te poses aucune question. Tu viens à la maison pour deux jours ? Bon finalement tu peux bien rester une semaine, puis un mois, puis deux…

 LA QUALITÉ QUE J’AIME LE PLUS 

G : J’aime tout, d’ailleurs la prochaine question s’annonce compliquée ! Je pense que c’est son côté calme et apaisant : moi qui suis souvent super speed et angoissée, il arrive tout de suite à me faire redescendre avec quelques paroles et quelques câlins. Plusieurs fois, il m’a trouvé en pleurs, et a tout de suite eu les bons mots pour réussir à me faire retrouver le sourire. Il me sort aussi souvent du pétrin lors de mes soucis personnels, de mes retards, ou encore de mes oublis de dernière minute dans mon travail, et je lui en suis éternellement reconnaissante. Puis, il est drôle, attachant, protecteur… il a toutes les qualités qui suffisent à me rendre heureuse chaque jour.

R : Le fossé parfois hallucinant entre deux facettes de sa personnalité. Une détermination et une volonté sans faille d’avancer et de se réaliser qui me rends fier d’elle, et quand elle accumule trop de pression une capacité à s’effondrer et à pleurer dans mes bras. Faut pas lui dire trop fort mais en fait j’aime bien !

 SON PETIT DÉFAUT 

G : Après une petite réflexion, j’ai trouvé ! Son côté très peu expressif et démonstratif a été compliqué à gérer au départ ! Pendant quelques mois, je ne savais finalement pas si j’avais une chance qu’il tombe amoureux ou non. Moi étant très câline, et ayant besoin de parler et de partager ce que je ressens pour lui, je me suis retrouvée quelques fois face à un mur… Mais je vous rassure, une fois que j’ai eu sa confiance, j’ai eu et ai encore droit à de petits mots d’amour et de petites attentions qui font chaud au cœur.

R : Son manque de confiance en elle ! Si elle pouvait se rendre compte de tout ce qu’elle a accompli dans sa petite vie et en être fière !

 SON PLUS BEAU CADEAU 

G : Sans aucunes hésitations, les clefs de sa maison ! Pour Noël, c’est même le premier cadeau que j’ouvre, et je pleure, de joie bien-sûr ! Et puis, pour la saint-valentin, son premier « je t’aime », tant attendu ! Je crois que j’ai aussi versé une petite larme…

R : Sans hésiter le fait de m’avoir laisser entrer dans sa vie à petits pas… Je suis parfois peu démonstratif. J’ai une carapace difficile à percer. Mais elle a su prendre le temps de me laisser venir sans jamais rien compliquer. En fait c’est encore un cadeau tous les jours. Plutôt cool non ?

 

 


Photos : Pauline Maroussia P.