Voici arrivé le moment que vous attendiez toutes. Vous en avez rêvé depuis des mois, les yeux brillants rien qu’en y pensant. Vos joues rosissaient et un beau sourire s’affichait sur vos lèvres dès que le sujet était abordé. Et ça y est, ce moment est enfin là : vous allez vous lancer dans la folle course des essayages de robes de mariée.

Mais, avant de vous lancer tête baissée dans les showrooms de vos créatrices fétiches, on reprend ses esprits et on fait le point.

Vous commencez à avoir l’habitude, mais on n’aura de cesse de vous le répéter. Plus vous vous y prendrez en avance, plus vous serez sereines. Et dans ce domaine, si vous envisagez du sur-mesure, 8 bons mois sont nécessaires. Car, entre essayages, choix, confection et retouches de la robe, le temps file à vitesse grand V. De toutes les manières, quand vous prendrez rendez-vous, on vous demandera certainement la date de votre mariage et la date des essayages sera fixée en conséquence.

Mais ne brûlons pas les étapes. Avant tout cela, il faut bien sûr que vous repéreriez les genres de modèles qui vous plaisent. Encore une fois, la toile et les blogs seront vos meilleurs alliés. Farfouillez à droite à gauche et mettez de côté les modèles qui vous font craquer. Logiquement, enfin on l’espère pour vous, vous arriverez ainsi à trouver le genre de robe qui vous plaît. Certes, c’est plus simple à dire qu’à faire, mais essayez de vous imaginer dedans.

Laure de Sagazan 5

Car, à moins d’avoir le temps et la patience de parcourir toutes les boutiques de la weddo-sphère, vous devrez vous restreindre. Et cela vaudra mieux, car à trop essayer, vous vous retrouverez noyées et ne saurez plus où donner de la tête. Nous vous conseillons donc de vous limiter à 5 essayages chez des créatrices différentes.

 Ensuite, et c’est l’expérience qui parle, n’hésitez pas à aller essayer des robes à l’opposé de ce qui vous ferait envie. On s’explique : vous rêvez d’une jolie robe bohème et fluide pile poile dans l’air du temps. Les choucroutes vous rebutent et jamais au grand jamais vous n’en porterez. Ou vice-versa. Bref, essayez quand même. On ne sait jamais, car il y a souvent une différence entre ce que vous aimez et ce qui vous va. Ce n’est pas vrai à tous les coups, mais plutôt essayer d’éviter de prendre le risque non ?

Vient maintenant le jour de l’essayage. Préférez arriver à votre avantage c’est-à-dire un minimum coiffée et maquillée. Ca sera plus facile de vous projeter et de vous sentir en confiance, on vous l’assure. Attention néanmoins à ne pas forcer la dose sur le fond de teint, histoire de ne pas risquer de tâcher la robe lors de vos essayages.

Laure de Sagazan 9

Maintenant, vous paraissez sûres de vous, vous savez ce que vous aimez, bref vous vous sentez au top. Mais ne soyez pas trop fermées sur vos envies. N’oubliez pas que vous serez accueillies par une charmante jeune fille qui a l’habitude d’aider les bride-to-be. C’est son métier, alors écoutez ses conseils. Elle vous aidera à être guidée parmi la foultitude de modèles de la collection. Certes, ne renoncez pas à la robe de vos rêves, mais prêtez tout de même une oreille attentive à ce qu’elle pourra vous dire.

Il y a aussi certains modèles qui s’accordent parfaitement avec certaines morphologies, et d’autres moins. A ce sujet on vous réserve un article aux petits oignons pour choisir LA robe qui vous sied le mieux. Un peu de patience.

Les personnes qui vous accompagneront doivent, elles-aussi, être de bon conseil. Pour cela, entourez vous de personnes de confiance qui seront à même de vous dire si cela ne va pas. 2-3 maximum. L’idéal serait de se faire accompagner toujours des mêmes car elles pourront alors comparer et suivre l’évolution de vos différents essayages. Mais bon, on rêve peut-être un peu.

Et enfin, dernier conseil mais pas des moindres. N’attendez pas forcément le coup de coeur absolu pour un modèle. Car il est possible qu’il n’arrive pas. Mais, si une robe vous reste en tête, c’est peut être un signe. Alors, suivez votre intuition et foncez.

Prévoyez également un petit quelque chose pour couvrir vos épaules au cas où. Posez la question pendant vos essayages car les robes vont souvent avec des petits boléros. Et c’est quand même plus pratique de faire une pierre deux coups.


Crédits photos : DLBM