DANS LES COULISSES DE…LORAFOLK

Lorafolk5N’avez-vous jamais rêvé d’être une petite souris et de savoir ce qui se passe au-delà des magnifiques shootings de vos créateurs et créatrices préférés ?

Vous fantasmez devant cette sublime robe dos nu couleur champagne mais n’osez pas décrocher votre téléphone ? Ce headband vous fait de l’œil mais est-il possible de le personnaliser un peu plus ou de l’ajuster à mon tour de tête ? Va-t-on vous conseiller, vous guider et répondre à vos 112 questions ?

Au fond, tout ce que vous souhaitez finalement, c’est être la plus belle tout en faisant confiance à des professionnels rassurants et compétents. Est-ce vraiment trop demander ?! Fichtre, non !

Dans cette rubrique « Dans les coulisses de… », régulièrement, nous partirons à la rencontre de vos créateurs favoris. Ils ou elles vous ouvriront les portes de leur atelier.

Installez-vous confortablement, venez découvrir une autre facette, plus authentique, de leur travail mais aussi un petit bout de leurs personnalités.

Après le bel accueil que vous avez réservé à nos coulisses chez Mademoiselle de Guise, aujourd’hui on vous emmène découvrir les dessous de Lorafolk.

05_LORAFOLK-BOUTIQUE_LaurenceRevol-1024x683

RONDCOEURPT TROMPE L’ŒIL À MONTORGUEIL RONDCOEURPT

La rue Montorgueil, c’est cette longue rue pavée semi-piétonne au cœur du 2ème arrondissement de Paris. Si vous ne la connaissez pas et que vous passez rapidement devant, vous pourriez presque ne pas la voir. Attardez-y vous davantage et vous serez surpris des quelques belles découvertes que vous ferez dans cette voie un peu hors du temps, si proche et pourtant si différente des grandes artères qui l’entourent.

A quelques pas de là, se niche l’atelier-boutique de Lorafolk. Et pour tout vous dire, l’effet « rue Montorgueil » est identique. De l’extérieur, on pourrait presque passer devant cette devanture discrète, située dans une rue toute aussi discrète, sans s’y attarder. Et pourtant, en poussant la grande porte vitrée, on est immédiatement séduites par ce lieu on ne peut plus accueillant et regorgeant (on allait s’en apercevoir plus tard) de multiples jolies choses.

Il faut dire que Laura, la créatrice (qui travaille en binôme avec Quentin, son compagnon) a mis du cœur à l’ouvrage. « Je voulais vraiment créer un espace où chaque cliente puisse se sentir aussi à l’aise que si elle était chez elle ». A lui seul, le lieu a du cachet, c’est certain. Belles hauteurs sous plafond, pierres et poutres apparentes, parquet et murs repeints en blanc lui donnent un charme fou.

Pour mettre en valeur le tout, Laura a aménagé un salon d’essayage cosy et misé sur une déco épurée, entièrement chinée : des meubles anciens, un volet persienne, une vieille radio, une machine à coudre datant du début du siècle dernier, une table basse en bois, un grand miroir, quelques cadres, un tapis, de beaux luminaires, des fleurs et hop le tour était joué.

Lorafolk1

Lorafolk4

RONDCOEURPT LES CINQ PORTE-BONHEUR RONDCOEURPT

Au départ, Lorafolk c’est du prêt-à-porter semi-mesure. De très belles pièces, soit dit en passant. Parfaites pour habiller vos témoins, invitées, mamans et autres demoiselles d’honneur. C’est d’ailleurs sur cette collection chic et colorée que vous tomberez en entrant dans la boutique. En 2012, Laura se décide finalement à mettre un pied dans le monde du mariage en créant Ana, Nico, Louise et Nine. Succès de cette première collection capsule. Aujourd’hui, à ces trois premières robes, qui font à présent partie de sa collection permanente, Laura porte une affection toute particulière.

Ce qui ne l’empêche d’avoir assez de recul pour nous parler de deux modèles qui attirent particulièrement ses futures mariées. « Même si elles finissent parfois par faire un autre choix de modèle, beaucoup de futures mariées prennent rendez-vous après avoir flashé sur les modèles Flore ou Romie ».

RONDCOEURPT JE VAIS BIEN, NE T’EN FAIS PAS RONDCOEURPT

Chez Lorafolk, on discute et on découvre sa collection mariage de près, une petite tasse de thé à la main. Laura s’éclipse cinq minutes pour répondre à un coup de fil urgent. Prises dans le tourbillon de la discussion, nous ne nous étions même pas aperçues que le léger fond musical que l’on écoutait distraitement, favorisant cette atmosphère agréable de l’atelier-boutique, n’était autre que l’album du groupe AaRON. Quand Laura revient, les dernières notes de la chanson U-Turn (Lili)* résonnent…

Lorafolk9

Lorafolk6

RONDCOEURPT MARIÉE BIEN AIMÉE RONDCOEURPT

Un petit moment passé avec Laura suffit pour comprendre à quel point la satisfaction de ses clientes compte pour elle. Une de ses futures mariées entre dans la boutique et nous comprenons assez vite qu’il s’agit de son dernier essayage et qu’elle repartira avec sa robe le jour même.

Alors, forcément, même si la jeune future mariée avait à ses côtés Juliette, la fraîche assistante, Laura n’a pas pu s’empêcher d’aller s’assurer que la robe était parfaite et de donner les derniers conseils pratiques.

En contemplant discrètement la future mariée, on a surtout noté un gros point positif : il n’a pas fallu plus de cinq minutes à la demoiselle pour sortir de la cabine d’essayage. On comprend donc que les robes Lorafolk s’enfilent en moins de temps qu’il ne faut pour dire « oui » à Mister Basket. Plus besoin de solliciter toute votre armée de demoiselles d’honneur pour vous aider à enfiler votre précieuse. Pratique, non ?

Lorafolk10

Lorafolk3

RONDCOEURPT FEELING GOOD RONDCOEURPT

Laura crée ses robes au feeling. Ou plutôt, elle ne calcule rien en amont. Pas de tableau de tendance, de fil conducteur ni de thème pour construire ses collections. Laura fonctionne au coup de cœur et c’est peut-être ça son secret. Créer selon ses envies et à l’instinct. Et la magie opère seule. Quand on voit toutes les robes les unes à côté des autres, la cohérence nous saute aux yeux. Une influence des années 30. De belles matières (soie, dentelle de Calais…) entre le blanc et l’écru. Des perles et des broderies assemblées à la main et tous les montages des robes faits sur place. « On a la chance d’être bien entourés en atelier. Cela nous permet d’ailleurs de répondre à toutes les demandes et de ne pas refuser une mariée par manque de temps ou de moyens »

En définitive, chaque robe a son identité mais en chacune d’elle ressort l’empreinte Lorafolk.

Lorafolk219_LORAFOLK-BOUTIQUE_LaurenceRevol-1024x683Lorafolk propose des robes civiles courtes (environ 1000€), des robes de mariée longues (environ 3000€) et une collection de prêt-à-porter semi-mesure (voir le catalogue et les prix).

Atelier-boutique Lorafolk

10 rue Beauregard

75002 Paris

Tél : 09 50 23 81 94

Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 19h et le samedi de 10h à 18h. Essayages sur rendez-vous uniquement.

signature_danslesbasketsdelamariée

Crédits photos : DLBM ; Laurence Revol d’Epouse-moi cocotte

*La chanson U-Turn (Lili) fut utilisée comme bande originale du film « Je vais bien, ne t’en fais pas » adapté du roman éponyme, et a révélé le groupe AaRON au grand public en 2006.

3 réflexions au sujet de « DANS LES COULISSES DE…LORAFOLK »

  1. Julia

    Je me rappelle avoir été invitée à l’inauguration de la boutique-atelier Lorafolk au printemps 2012 (Laura est une amie d’amie).
    Elle ne faisait à l’époque pas encore de robes de mariée. Mais son univers si tendre m’avait beaucoup touché à l’époque, et j’étais repartie avec une petite merveille de robe qui deviendrait un de ses best sellers (la fameuse robe Nina).
    Quand mon mariage viendra (un jour oui!!) Lorafolk fera sans contexte partie des créateurs où je prendrais RDV pour trouver ma robe 🙂

    Répondre
  2. Sarah, Les Jolis Mondes

    J’étais allée dans l’atelier avec ma soeur, qui cherchait une robe pour mon mariage : les tissus et les coupes de Lorafolk sont magnifiques ! Et l’atelier est très joli (les photos rendent bien compte de l’atmosphère du lieu) 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *