Lorsque nous discutons ici et là avec de « vieux » mariés, une chose revient assez souvent : on met tous ses efforts (et son argent) dans l’organisation de la cérémonie religieuse ou laïque et c’est finalement la cérémonie civile qui trinque un peu. On finit finalement par organiser quelque chose d’assez simple après ce moment un peu solennel et on déjà hâte d’entamer la seconde partie, plus personnelle.

Mais dans l’esprit de Soraya et Pierre, un adorable couple franco-brésilien, il était hors de question d’expédier ce qui serait dans les registres le jour officiel où ils se sont dit OUI. Ils voulaient faire une grande fête au Brésil, alors la première partie en France devait donner le ton ! Soraya est ultra solaire, nous l’avons senti dès nos premiers échanges. Alors, quel plaisir pour nous de partager sa journée avec vous. Nous sommes définitivement conquises par cette réappropriation du mariage civil à qui ces amoureux ont rendu ses lettres de noblesse.

TOUT A COMMENCÉ

En 2004, dans un pub quelque part dans Buenos Aires. Moi, brésilienne, rendant visite à ma sœur qui vivait en Argentine croise le regard de ce français, en vacances chez un ami. Pierre. Des premiers moments bien cocasses avec l’anglais pour seule langue commune et des incompréhensions liées à nos cultures différentes. Je pensais ne plus jamais le revoir de ma vie. C’était sans compter sur cette visite presque surprise dans mon pays, deux mois plus tard. Notre amour s’est scellé pendant ces trois semaines. Mais la distance nous a effrayés. Quelques années séparés, mais malgré tout toujours en contact, nous nous sommes enfin retrouvés en 2011. Après un an d’aller-retour Paris-Rio, je posais enfin mes valises en France.

LA DEMANDE

Totalement inattendue. J’attendais notre petite Elena, alors pour moi, nous étions déjà en train de vivre les plus beaux moments de notre vie. Pierre n’a pas choisi l’endroit par hasard. Une discussion mal finie quelques années plus tôt nous laissant un souvenir amer de ce lieu… Cette fois, c’était le jour de mon anniversaire et d’un coup de baguette, Pierre a rendu le souvenir de cet endroit magique. 

UNE CÉRÉMONIE CIVILE « NON EXPÉDITIVE »

En réalité, l’idée de la cérémonie civile « non expéditive » s’est imposée d’elle-même. C’était si logique pour nous. Comme nous souhaitions également faire une grande fête au Brésil, il était hors de question de bâcler la cérémonie en France, par égard envers nos invités français qui n’auraient pas la possibilité de s’envoler vers le Brésil. Ils devaient se sentir aussi spéciaux que nos proches du Brésil. Nous avons ainsi choisi de faire un cocktail dînatoire sur une péniche.

LA PERSONNALISATION DE LA CÉRÉMONIE CIVILE

La musique a fait honneur, comme nous le souhaitions, à la France et au Brésil. Le début du cocktail était en mode lounge moderne. Cette partie fut très bien gérée par la péniche. Ensuite, notre DJ est arrivé et a mis une ambiance de folie ! Beaucoup de samba, de musique électronique et de la variété française.

Pour cette cérémonie civile, nous voulions aussi des éléments visuels forts : des accessoires de carnavals brésiliens pour nos invités, un mur de fleurs et une magnifique décoration florale réalisée par Marie pour Studio Ohlala, des robes rose pâle et bracelets fleuris pour mes témoins, costumes gris et boutonnières pour les témoins de Pierre et nos papas. Notre fille Elena portait, quant à elle, une jolie petite robe rose (que j’ai moi-même portée le jour de mon premier anniversaire) et une couronne de fleurs. Enfin, Pierre avait accroché une boutonnière qui rappelait les tons de mon bouquet.

Nous avons offert à tous nos invités des mini-tongues Havaianas en porte-clé venus du Brésil et disposés dans une jolie cage à oiseaux.

Nos invités pensaient que le cocktail se terminerait à deux heures du matin. Mais quelques minutes avant, SURPRISE, un bus-discothèque est arrivé et nous avons continué la fête tout en découvrant Paris. Personne ne s’y attendait et nos invités brésiliens nous en parlent encore.

LE CHOIX DE LA DATE

On nous a proposé le 9 septembre  et nous avons tout de suite dit oui car c’était à la fois le jour de l’anniversaire de ma grande sœur, celui d’un très grand ami de Pierre et de surcroît, d’autres invités fêtaient leur anniversaire la veille et le lendemain. Ça allait donc être la fête partout !

LE NOMBRE D’INVITÉS

Une soixantaine de personnes nous ont accompagnés à la marie du XVème arrondissement de Paris et une soixantaine de personnes nous ont rejoint ensuite directement sur péniche (nous nous sommes mariés un vendredi donc certains travaillaient).

LA MUSIQUE QUE VOUS N’OUBLIEREZ PAS…

C’est notre musique depuis toujours… depuis notre sweet 2004.  « Por causa de você » de Ivete Sangalo & Jorge Ben Jor.

LE CHOIX DE LA ROBE COMBINAISON

Au départ, j’ai pensé à une robe, forcément. Une de mes super copine était persuadée que ma tenue serait plus audacieuse. Je cherchais quelque chose de moderne et de pratique car notre fille Elena avait dix mois à l’époque et je voulais être à l’aise pour prendre ma fille dans les bras sans être gênée par ma tenue. Les quelques combinaisons repérées ici et là étaient toutes hors prix pour notre budget mariage « Partie 1 », comme on aimait bien dire. Ça m’a bien refroidie.

C’est finalement ma mère qui a eu l’idée de génie : je partais trois semaines en vacances au Brésil et une de ses grandes amies avait un atelier de haute couture là-bas. Je lui ai envoyé mes inspirations et elle m’a assuré que je rentrerais en France avec ma tenue dans la valise ! 

Pierre me dit toujours « Tu as un très joli dos… » alors sa seule petite demande était que, peu importe la tenue, j’aie un décolleté ouvert dans le dos.

J’ai dû m’imposer un peu certaines fois pour garder le côté épuré de la combinaison (dans la culture brésilienne, on veut toujours en rajouter un peu plus). Mais je suis tellement proche de l’amie de ma mère, j’étais cent pour cent à l’aise quand je devais lui dire que quelque chose n’allait pas. J’ai finalement récupéré ma tenue trois jours avant mon départ. C’était parfait. J’étais émue et très très très contente du résultat !

L’INSTANT MARQUANT

C’est dur de répondre à cette question ! Les préparatifs avec ma fille, ma maman, ma sœur et ma copine témoin… Les retrouvailles avec Pierre les yeux dans les yeux juste avant la cérémonie et la certitude que c’était notre journée pour toujours. Les discours de nos témoins avec traduction simultanée en portugais…

LE CONSEIL QUE VOUS DONNERIEZ À VOTRE MEILLEURE AMIE

Faites-vous épauler par des professionnels. Je ne remercierai jamais assez Saya et toute sa team pour leur aide précieuse. Profitez de vos préparatifs. Ce sont des moments inoubliables. J‘admets quand même que les deux semaines précédant le mariage ont été longues et fatigantes. J’avais hâte que le 9 septembre passe. Et c’est passé très vite…trop vite ! 

La veille du jour J, disparaissez avec votre chéri(e). Prenez du temps à deux. Peu importe ce que vous déciderez de faire. Nous avions laissé notre fille à mes parents et sommes partis prendre un verre en coupant nos téléphones. Du temps rien que pour nous deux.

 


Photographe : Saya pour Studio Ohlala ; Mise en beauté : Stéphane pour Studio Ohlala ; Coiffure : Cyril pour Studio Ohlala ; Fleurs et déco : Marie pour Studio Ohlala ; Combinaison : sur-mesure par une couturière au Brésil ; Lieu : Restaurant Le Quai à Paris.