Bon c’est-à-dire que, concrètement les filles, quand nous vous aurons parlé de Cam’s Cakes, on vous parie toutes nos nouvelles paires de chaussures soldées réunies que non seulement vous en tomberez instantanément amoureuses, mais surtout que vous ne verrez plus la pâtisserie du même œil.

Car oui, avant de plonger ses mains dans la farine, Camille, cake-designer et chef d’entreprise à 25 ans, diplômée d’école de commerce, entamait une carrière en marketing chez une célèbre marque de cosmétiques à Paris.

Par un heureux hasard, elle découvre, sur le tard, les fameux petits gâteaux customisés -les cupcakes- et en moins de temps qu’il ne faut pour en engloutir un, une idée germe dans sa tête. Camille décide alors de rentrer dans sa Normandie natale pour développer sa petite entreprise. Et quelle entreprise ! En quelques mois à peine, Cam’s Cakes a déjà fait plus de 1400 adeptes sur sa page Facebook et les commandes sont au rendez-vous. Accordant un soin tout particulier au choix de ses ingrédients, bios pour la plupart, on comprend vite la déferlante de cette Cam’smania.

Retour avec Camille sur les coulisses de cette folle aventure :

Débutant une carrière dans les cosmétiques, tu n’étais pas prédestinée à faire de la pâtisserie. Comment es-tu tombée dans cet univers ?

Totalement par hasard ! Ceci dit, l’évidence s’est faite vraiment progressivement. J’ai goûté mon premier cupcake, lors d’un voyage en Irlande il y a à peine deux ans et demi.

Partie fêter le nouvel an avec une copine, j’ai tout de suite trouvé ces petits gâteaux trop mignons. Alors, quand je suis rentrée, j’ai voulu essayer d’en faire. Au début, c’était de temps en temps le week-end et puis petit à petit, ce passe-temps est devenu une vraie passion.

J’avais à l’esprit le désir d’être à la tête de ma propre entreprise, mais je n’osais pas sauter le pas. Le vrai déclic : on m’a proposé un très bon job dans les cosmétiques et pendant mon délai de réflexion, même si je reste toujours attirée par ce secteur, j’ai réalisé que je ne me voyais pas faire carrière là-dedans toute ma vie. Si je voulais tenter ma chance dans l’entrepreneuriat, c’était selon moi, maintenant ou jamais. J’ai donc décliné l’offre et rempilé pour une année d’études supplémentaire pour bénéficier d’une formation solide en pâtisserie et…me voilà !

Cupcakes comme gâteaux, tu nous sors toujours de ton chapeau des créations toujours plus inventives. Comment se passe le choix du visuel ?

Alors, quel que soit l’événement à célébrer, je peux distinguer deux types de clients : ceux qui ont une idée assez définie -sans être arrêtée- de ce qu’ils veulent et m’envoient une photo qui me servira de base d’inspiration.

Ensuite, il y a ceux qui ont juste eu un coup de cœur pour mon univers et me font une commande avec une idée moins précise de ce qu’ils souhaitent. Dans ce cas, je leur pose des questions sur leurs goûts, centres d’intérêt ou une éventuelle passion. A partir de ça, je dessine un croquis sur papier que je retravaille si nécessaire avec le client avant de passer à la réalisation du gâteau ou des cupcakes.

Plus récemment, d’anciens clients, qui me font maintenant confiance, me repassent une commande avec pour seule consigne « carte blanche » ! C’est un beau challenge, vraiment gratifiant et c’est aussi une façon pour moi de me dépasser encore plus.

 Combien de temps en moyenne te faut-il pour terminer une pâtisserie ?

Plusieurs heures ! Tout dépend de la complexité du décor du gâteau. Avec l’expérience, je mets certainement beaucoup moins de temps qu’à mes débuts. Mais pour certaines réalisations en pâte à sucre ayant besoin de quelques heures pour se solidifier, je peux mettre deux jours avant de terminer complètement un gâteau.

 On reproche souvent à ces gâteaux à l’américaine d’être trop lourds ou de privilégier l’apparence au goût… Qu’en penses-tu ?

Ca n’engage que moi mais à mon avis, un bon pâtissier doit accorder au moins autant d’importance au goût qu’à l’aspect visuel, si ce n’est plus ! Personnellement, quand on me dit qu’une de mes créations est jolie, ça me fait vraiment plaisir mais j’ai toujours cette petite appréhension où je me demande « Mais est-ce qu’il est bon ? ». J’ai la chance d’avoir, dans 99% des cas, un retour de la part de mes clients et je crois que j’ai finalement une petite préférence pour les compliments sur le goût.

 Sans langue de bois, quelle est la préparation dont tu es la plus fière ? Interdiction de répondre « toutes ».

Je dois dire que je suis assez fière du gâteau en forme de sac à main Lancel que j’avais fait pour les 30 ans d’une cliente. Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais et je t’avoue que j’étais la première surprise du résultat. C’est vrai que la ressemblance est assez surprenante. Mais je crois que ça amuse les gens de se dire « qu’est ce que je vais bien pouvoir lui donner à faire ? »

Une chose est sûre, c’est que je m’investis à fond dans l’élaboration de chacune de mes pâtisseries comme si je les faisais pour moi. Alors, lorsqu’on me confie la confection d’une pièce pour un mariage, une naissance ou encore un baptême, ça me fait vraiment chaud au cœur de voir que les gens m’impliquent dans des moments aussi forts de leur vie.

 Deux personnes à qui tu aimerais faire goûter tes desserts ?

Lily Vanilli, une célèbre cake designer londonienne. J’admire toutes ses créations. Et, je proposerais bien une petite dégustation au photographe américain Christopher Boffoli. Il a fait une série de photos qu’il a appelé « Big Appetites » que j’adore et je rêve secrètement d’une collaboration avec lui.

 T’es-tu déjà servie de tes gourmandises pour séduire ?

(Rires) Alors, ça ne marche plus avec mon chéri mais j’avoue qu’il m’est déjà arrivé de promettre une pâtisserie à des proches en échange d’un service !

 Complète cette phrase : « Un dessert réussi c’est… »

Un dessert qui ravit autant les yeux que les papilles.

 Prochain(s) défi(s)?

Dans un premier temps, j’espère ouvrir ma boutique dans le centre ville de Rouen à la rentrée. Et à moyen ou plus long terme, j’aimerais pouvoir étendre mes zones de livraison à plus grande échelle. (NDL&M : pour l’instant, Camille propose ses livraisons en Normandie et parfois à Paris pour de plus grands événements).

On vous laisse avec un petit florilège de ses plus belles créations. Et on vous assure que absolument TOUT ce qui constitue ces gâteaux se mange !

Le coup de coeur de M. (parce qu’elle le vaut bien)

Le coup de cœur de L. (dédicace à de longues années tutus et entrechats)

Cam's cakes_wedding cake_DLBM

Alors, elle est pas belle la vie ?

Camille propose depuis quelques semaines des ateliers création de cupcakes pour vos EVJF dans la région normande. Pour plus d’informations, contactez-la via sa page Facebook.

 


Crédits photos : Cam’s Cakes