A&J : FRENCH LOVE PARTY A BORDEAUX

Une France affichant en moyenne 27 degrés au compteur aujourd’hui et le joli jour de deux amoureux au milieu des vignes du Bordelais, la journée commence bien, non ? On vous épargne nos blablas habituels et on laisse Lucie Sassiat, leur photographe vous en dire plus sur ce couple d’amoureux. La mariée prend le relais ensuite et vous raconte tout, comme toujours.

« J’ai rencontré A. et J. dans leur trop mignon appartement parisien du 3ème arrondissement de Paris. Tous les deux travaillent dans le milieu de l’art contemporain et le courant est passé tout de suite. Nous avons beaucoup échangé sur ma manière de faire et surtout sur leur histoire d’amour. J’ai tout de suite été touchée par tant d’amour et de tendresse entre eux.

Je me souviens de la forte chaleur le jour de leurs noces. Nous étions dans le centre de Bordeaux pour les préparatifs et donc de la fraîcheur de l’église juste après. Une image me restera gravée, celle de J. regardant avancer A. dans les vignes au soleil couchant lors de la séance de couple à la fin de cette si jolie journée. »

 TOUT A COMMENCÉ 

Tout a commencé… au travail ! Comme beaucoup de couples au final. Je faisais mon stage de fin d’étude à Paris dans le service où il travaille. Nous avons appris à nous connaître petit à petit en se rapprochant pendant quatre mois. Puis enfin un bisou un soir d’apéro en tête à tête avec vue sur la Tour Eiffel… et depuis nous ne nous quittons plus !

 J’AI SU QUE C’ÉTAIT LUI 

Quand je me suis rendue compte que je voulais qu’il soit le père de mes enfants. Il a hâte, il va être un papa formidable !!!

 LA DEMANDE 

Au bout de trois ans de relation, au cours d’un petit séjour à Milan pour la fin d’année. Le 2 janvier nous devions louer une voiture pour aller sur le lac de Côme, il voulait prendre un bateau et faire sa demande sur le lac mais la neige a changé le programme. Le plan B était tout aussi fabuleux… il a mis un genou à terre sur le toit de la cathédrale ! Magique ! Et la bague juste parfaite, il l’a dessinée avec un joaillier pour qu’elle corresponde exactement à ce qu’on voulait.

 LE CHOIX DE LA ROBE 

J’avais repéré une forme qui me plaisait particulièrement à la fois classique et moderne : un top et une jupe. J’ai trouvé une créatrice à Bordeaux, ma ville natale, qui avait un modèle qui se rapprochait. Ensemble, nous avons pu apporter toutes les modifications que je souhaitais. Pour le top, à l’origine un débardeur en soie sauvage, j’ai fait rajouter des petites manches en dentelle de calais. Tout le dos a également été modifié pour être entièrement en dentelle avec des petits boutons. Pour la jupe, elle aussi en soie sauvage. J’ai laissé une petite traîne et j’ai fait modifier le jupon afin qu’il ne gonfle qu’à l’arrière pour ne pas faire meringue !

Une vraie réussite selon moi, j’étais ravie. Je n’ai donc pas connu les essayages effrénés chez des dizaines de créateurs… trois rendez-vous et ma robe était prête. J’ai été accompagnée par ma mère et une de mes témoins.

 LES BASKETS DE LA MARIÉE 

C’est la première chose que j’ai acheté ! Deux paires chez Sézane. Les Callas vert sapin pour la mairie (qui a eu lieu trois semaines auparavant) et les Django dorées pour le grand jour (église et réception). Le doré donne une petite touche rock que j’adore et elles sont très faciles à remettre. Très confortables même si j’ai tout de même opté pour des nus pieds en soie crème pour la toute fin de soirée.

 LE PÊLE-MÊLE DES PRÉPARATIFS 

Ils ont duré huit mois, c’est rapide mais déjà bien assez !

Nous avons eu beaucoup de chance. Après la demande le 2 janvier, nos parents ont mis seulement trois jours pour trouver un château dans le bordelais, qui correspondait vraiment à ce que nous souhaitions. La date était fixée au 13 août ! Ils ont été d’une aide précieuse car étant tous les deux à Paris, il nous auraient été impossible de tout visiter.

Le mariage civil a eu lieu à Paris en juillet en petit comité. Mais détail important : mon frère qui était mon témoin vit à Hong Kong et était seulement un jour de passage à Paris.

Côté déco, nous avons tout fait à la main en amoureux et en famille : les faire-part, menus, nom des invités pour le placement à table…. de longues soirées d’activité manuelle, collage, découpage ! La veille, nos amis nous ont bien aidé pour mettre en place toute la déco de salle heureusement !

 LA MUSIQUE QUE VOUS N’OUBLIEREZ PAS 

Il y en a deux ! Notre musique d’ouverture : « Poom – Les Voiles« . Nous avions pris des cours de rock…. pas vraiment une réussite mais de beaux moments de rigolade et de complicité !

Et « Beyoncé – Single Lady« . Ma meilleure amie m’avait promis de me faire la choré à mon mariage, pari tenu ! Accompagnée des trois autres témoins et de nombreuses amies (et amis !)

 UN MOMENT MARQUANT 

L’arrivée dans l’église. Cette cérémonie était pleine de sens pour nous. Je suis entrée au bras de mon frère et j’ai vu mon fiancé au bout de l’allée les larmes aux yeux. Un moment incroyablement émouvant.

 UNE IDÉE À VOUS PIQUER 

Elle est à piquer à mes témoins ! Elles sont arrivées à la fin du maquillage avant que j’enfile ma robe avec champagne et malette de survie : fraises tagada, papier matifiant, éventail, pansement ampoule… parfait ! Et surtout de rigoler avant ce grand moment 🙂

 UN CONSEIL POUR LES NOUVELLES FIANCÉES 

Le ravitaillement en pièces cocktail est impératif ! Sinon on passe à côté 😉

Prendre le temps de discuter avec tout le monde. Ce n’est pas simple mais ça passe vite !

La retouche maquillage avant les photos de couple, et briefer les invités qui seront sur des photos de groupes pour ne pas leur courir après le moment venu.

Déléguer au max et ne rien gérer le jour J !

PRO-FI-TER ♡

Lieu de réception : Château de La Loubière ; Traiteur : Elyse Traiteur ; Robe de la mariée : Sophie2T ; Chaussures : Sézane ; Mise en beauté : José Martinez ; Fleurs : Céline Marsan , Sonorisation et lampions : Limelight ; DJ : Sophie Farnier ; Photographe : Lucie Sassiat 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *